facebook

Voix:  DE | FR | NL

Homélie du 26ème dimanche de l’année liturgique B

25.09.2021

Nb 11, 25-29 ; Ps 18 (19) ; Jc 5, 1-6 ; Mc 9, 38-43.45.47-48.

Dieu s’est fait petit pour qu’en lui nous puissions grandir. Donc nous devons aussi devenir petit à l’exemple de Jésus pour avoir part au Royaume de Dieu. C’est dans ce même sens que Jésus demande à ses Apôtres de ne pas empêcher les gens qui utilisent son nom pour faire du bien et de guérir les malades. C’est ainsi que Jésus ramène chacun à la question essentielle de sa vie. Y a-t-il en moi des obstacles qui m’empêchent d’aimer, d’aller vers Jésus ? C’est « au nom de Jésus » que nous sommes établis.

P. Hervé Andongui, CSSp

P. Hervé Andongui, CSSp

Nous célébrons en ce jour le 26 ème dimanche B. La liturgie de la parole nous met en situation de dialogue avec notre Seigneur. En effet, en répondant à l’Apotre Jean, Jésus nous enseigne tous et nous donne une manière d’être : Jésus répondit : " Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Je suis venu apporter un feu sur la terre", dit Jésus, "et comme je voudrais qu’il soit répandu sur tout l’univers." Le feu que Jésus apporte sur la terre est celui de l’Amour entre les hommes et les femmes de notre temps. Ce feu d’amour de Jésus nous pousse à nous aimer les uns les autres d’une manière gratuite. Pour nous montrer son amour, Jésus s’est fait l’un de nous en prenant chair de la Vierge Marie. Dieu s’est fait petit pour qu’en lui nous puissions grandir. Donc nous devons aussi devenir petit à l’exemple de Jésus pour avoir part au Royaume de Dieu. C’est dans ce même sens que Jésus demande à ses Apôtres de ne pas empêcher les gens qui utilisent son nom pour faire du bien et de guérir les malades. C’est ainsi que Jésus ramène chacun à la question essentielle de sa vie. Y a-t-il en moi des obstacles qui m’empêchent d’aimer, d’aller vers Jésus ? C’est « au nom de Jésus » que nous sommes établis.

Dieu s’est fait petit pour qu’en lui nous puissions grandir. Donc nous devons aussi devenir petit à l’exemple de Jésus pour avoir part au Royaume de Dieu. C’est dans ce même sens que Jésus demande à ses Apôtres de ne pas empêcher les gens qui utilisent son nom pour faire du bien et de guérir les malades. C’est ainsi que Jésus ramène chacun à la question essentielle de sa vie. Y a-t-il en moi des obstacles qui m’empêchent d’aimer, d’aller vers Jésus ? C’est « au nom de Jésus » que nous sommes établis.

L’Eglise reste attentive à l’enseignement de Jésus sur l’ouverture. Jésus nous invite à avoir un esprit d’ouverture, un esprit qui nous permet d’aller vers les autres et aussi, d'être de ceux qui accueillent avec joie. Et celui qui vous donnera un verre d’eau, au nom de votre appartenance au Christ, Amen je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Jésus poursuit avec le verre d’eau donné en son nom à l’un de ces petits qui sont ses frères. Un tout petit a le désir d’être aimé et d’aimer, il comprend le langage de l’amour. Dieu nous fait passer de l’amour naturel à un amour surnaturel. Dès lors, la relation nécessaire aux petits et aux pauvres devient l’axe principal pour la construction de la communauté. C’est ainsi que Jésus indique comment se constituent, à partir de modestes actions posées en lien avec Lui, les nouveaux groupements humains selon son cœur. Un nouveau corps se constitue par Jésus à partir de ces relations tenues. La Parole de Dieu nous remet devant la grandeur, la hauteur et la profondeur de l’amour de Dieu. C’est dans l’intimité de notre cœur qu’il s’épanouit. Vivre de cet Amour est la mission des Chrétiens ! Jésus s’est fait petit et il est devenu l’agonisant. C’est dans sa faiblesse et dans sa pauvreté, qu’il nous manifeste son amour.

"Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui, qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas" .Il nous faut renoncer au pouvoir, au jugement . Nous demandons à Jésus de nous rendre pauvre comme il l’est. Dans la nouvelle communion inaugurée par Jésus, s’introduit pour chacun de nous l’obligation du grand respect pour l’autre. Tout notre être et toute notre vie doit « passer » par l’amour nouveau que Dieu nous donne. Notre trésor est la foi en cet amour de Jésus qui s’approfondit sans cesse. Nous honorons les serviteurs discrets qui aident ceux qui appartiennent au Christ. Notre manière d’être va influencer les autres, car nous sommes reliés les uns aux autres très profondément. Peuple de Dieu, nous sommes un peuple royal, une nation sainte, un peuple prophétique mû par l’Esprit Saint, pour annoncer le mystère de l’Amour de Dieu aux tout petits ! Quand nous aimons en vérité, nous devenons petits, pauvres et vulnérables. Implorons le Seigneur, afin qu’il nous comble de ses grâces !

auteur: P. Hervé Andongui, CSSp

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS