facebook

Voix:  DE | FR | NL

Homélie du dimanche de Pâques

12.04.2020

Le Christ est vraiment ressuscité, alléluia.

Nous célébrons le dimanche de la Résurrection de notre Seigneur Jésus le Christ. Nous vivons en ce jour le mystère qu’ont vécu les disciples de Jésus. C’est pour chacun de nous que l’Agneau pascal, Jésus, a été immolé : « En mourant, il a détruit notre péché ; en ressuscitant, il nous a rendu la vie ».

Aujourd’hui la liturgie de la parole nous propose la première lecture tirée des actes des Apôtres. En effet, ce texte nous parle de l’itinéraire chrétien issue de la résurrection de notre Seigneur Jésus. Dans cette lecture, Pierre s’adresse à un païen, un officier de l’armée romaine de Césarée. Dans son discours Pierre nous fait découvrir le parcours messianique de Jésus en partant de son baptême au Jourdain où Dieu, le Père, le confirme publiquement comme son Messie, son envoyé et son Fils bien-aimé en qui il trouve toute sa joie. Et ce, par l’onction de l’Esprit saint sous forme de colombe. Par son discours, Pierre témoigne que les Apôtres étaient des témoins oculaires et privilégiés de la mission terrestre du Fils de L’homme. Ils ont vu ses œuvres et ont bénéficié de son enseignement.

Avec courage, Pierre affirme clairement que les juifs ont « pendu Jésus au bois du supplice ». En parlant de la pendaison de Jésus au bois devant les juifs, Pierre fait allusion au passage du Deutéronome au chapitre 21, le verset 23 :« son cadavre ne passera pas la nuit sur le bois ; mais tu ne manqueras pas de l’enterrer le jour même, car un pendu est l’objet de la malédiction de Dieu, et tu ne souilleras pas ton pays, que Yahweh, ton Dieu, te donne pour héritage ». Pierre nous montre que par sa passion, sa mort sur la croix et sa résurrection, Jésus est désormais le juge des « vivants et des morts ».

La deuxième lecture tirée de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens, nous invite cependant à vivre avec le Christ ressuscité. En effet, vivre avec le Christ ressuscité cela suppose d’être à la recherche des réalités d’en haut, là où est le Christ. L’Apôtre nous invite à abandonner les fausses sécurités terrestres que le monde nous donne et à s’attacher sincèrement au Christ, car ce dernier est notre vie. Donc par la fête pascale, nous sommes tous orientés désormais vers le ciel, car nous sommes tous ressuscités avec le Christ. Par la résurrection de notre Seigneur Jésus, nous devenons des hommes nouveaux pour notre monde.

On pourra dire avec beaucoup d’humilité, qu’il nous revient maintenant de témoigner de la résurrection de Christ par notre manière de vivre, par des bonnes œuvres et surtout dans le respect de l’homme et de l’environnement ; tout cela, dans la discrétion totale. C’est par notre vie que le monde saura réellement que nous sommes ressuscités en ce jour avec le Christ.

Dans l’évangile de ce dimanche de la Résurrection de notre Seigneur, nous avons le constat du tombeau vide et de la foi des disciples qui réconfortent notre foi en la résurrection du Christ. Il faut rappeler que les proches de Jésus étaient encore en deuil avant l’annonce de Marie Madeleine. Ils pleurent leur maitre et pensent aux bons moments passés ensemble et aux différentes paroles édifiantes du maitre. On peut dire que Marie Madeleine, dans le but d’aller pleurer sur la tombe de son maitre n’imagine pas encore l’immensité du mystère de Dieu. L’évangile souligne qu’elle est bouleversée devant le tombeau vide. Pleines de questions traversent son esprit. C’est dans ce sens qu’elle revient appeler les deux disciples. Une fois sur place, Pierre et l’autre disciple celui que Jésus aimait beaucoup comprennent les paroles que le maitre leur disait autrefois de son vivant. Les deux disciples entrent dans l’intelligence des écritures pour comprendre que le maitre est vivant comme il l’avait dit. Bien que les deux disciples soient essoufflés par la course qu’ils ont eu à faire jusqu’au tombeau, leurs cœurs sont traversés par une joie immense qu’ils nous partagent en ce jour. Leurs cœurs battent au rythme de la résurrection du Seigneur et ils retrouvent une paix profonde, une paix qui vient du cœur même du Ressuscité. C’est cette même joie et paix qui viennent du cœur du Ressuscité qui nous abonde en ce jour inédit où les prêtres célèbrent la Résurrection du Seigneur dans des églises vides à cause de ma pandémie qui touche toutes les nations.

Pour finir, nous pouvons dire que malgré le confinement, cette joie de Pâque nous inonde et mets tous les chrétiens en communion de prière. Il nous revient maintenant d’inonder le monde à notre tour de cette joie pour que là où règne la tristesse nous y mettons la joie. Confions notre monde au Ressuscité afin qu’il nous restaure et nous accorde la paix véritable.

auteur: Père Hervé Andongui, CSSp, Paroisse Notre Dame de l’Assomption Anderlecht/ Bruxelles.

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS