facebook

Voix:  DE | FR | NL

7ème dimanche de Pâques

23.05.2020

Après avoir célébré l’Ascension du Seigneur le jeudi, nous voici aujourd’hui au 7ème dimanche de Pâques. En effet, nous continuons à parcourir les actes des Apôtres comme première lecture et la lettre de Pierre comme deuxième lecture. Après avoir assisté à la glorification du Seigneur, son ascension, les disciples sont repartis à Jérusalem et sont montés dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement.

Il est important de souligner que Luc situe l’Ascension au mont des Oliviers qu’il estime distant de Jérusalem d’un petit kilomètre, distance permise le jour du sabbat. Selon Zacharie 14, 4, c’est sur cette hauteur que viendra le Seigneur à la fin des temps. La suite de notre récit dépeint une communauté en attente entre le départ de Jésus et la venue de l’Esprit Saint. Ils vivaient dans la fraternité et la prière était leur activité quotidienne. Les disciples vivaient dans l’espérance et la joie du Seigneur inondait leur cœur. Peu à peu, ils redécouvrent le sens de la vie et retrouvent confiance après l’épreuve de la passion. Ils ont compris que rien n’était perdu et qu’avec l’aide du Seigneur ils peuvent s’en sortir et avoir un lendemain meilleur. Ils vivaient dans l’attente de la réalisation de la promesse du Seigneur qui devait leur envoyer l’Esprit Saint. Nous aussi comme église, nous sommes en attente de cet Esprit de paix et de vérité qui viendra nous dire la vérité tout entière sur le Fils de l’Homme. Nous croyons dans les jours à venir que nous accueillerons la grâce de l’Esprit Saint, le jour de la Pentecôte.

Dans la deuxième lecture tirée de la première lettre de saint Pierre Apôtre, nous constatons l’importance des paroles de Pierre aux chrétiens persécutés. En tant que pasteur, il prend la parole pour affermir la foi des chrétiens des régions du Proche Orient. Ces chrétiens sont persécutés et sont considérés comme étrangers à cause de leur refus des rites païens. Déjà plus loin, Pierre fait un lien entre les persécutions et les souffrances de Jésus : « Or, c’est à cela que vous avez été appelés car le Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces » (1P 2, 21). Pour lui, subir la persécution à cause du nom de Jésus, c’est communier aux souffrances du Christ, afin de communier aussi à sa gloire de Ressuscité. Cette parole nous réconforte aussi d’une manière ou d’une autre dans nos souffrances quotidiennes. Aujourd’hui, à travers le monde, la persécution des chrétiens peut prendre des formes qui vont au-delà de notre imagination. Il faut être attentif pour s’en rendre compte. Cependant, avec les paroles de réconfort de saint Pierre, nous pouvons ainsi accepter ces épreuves comme une étape de notre vie chrétienne et en chaque circonstance de la vie, rendre grâce à Dieu.

L’évangile de ce dimanche nous présente la « prière sacerdotale » de Notre Seigneur Jésus. Jésus nous confie à la bonté de son Père. Jésus est en communication avec son Père comme s'il était déjà dans l'éternité de Dieu qu’il nomme explicitement « Père ». C’est une prière d’un père de famille qui, avant de partir en voyage, implore la bénédiction de Dieu le Père pour ses enfants. Car il sait que nous sommes dans le monde et ce n’est pas toujours évident de garder sa foi dans ce monde où le mal nous guette en permanence. Cette prière de Jésus à son Père nous aide dans notre attente de la venue de l’Esprit Saint même si Jésus ne parle pas directement de l’Esprit Saint ici. En effet, Jésus demande à son Père Céleste la manifestation de la gloire. Il faut reconnaître que le mot « gloire » traverse la toute la Bible de l’Ancien testament jusqu’au Nouveau testament. Faut-il parler de la même gloire ? Déjà l’Ancien testament évoque la gloire en parlant de l’histoire d’Israël. La gloire du Seigneur accompagnait le peuple élu et elle était omniprésente au sein de ce peuple et dans le temple. De même, les évangiles soulignent la gloire lors de la Transfiguration de Jésus. Nous comprenons que la croix a été le sommet de la gloire de Dieu. Elle nous a montré le secret de l’Amour de Dieu le Père. A cause de son amour pour l’homme, il donne son Fils en rançon. Le Père et le Fils communient au même amour. C’est dans ce sens que le Fils révèle le Père. C’est lui qui nous montre le Père. C’est ce même amour pour nous qui pousse Jésus à prier son Père afin qu’il nous envoie l’Esprit Saint et nous garde du mauvais.

Demandons à Jésus de nous sanctifier par son Esprit de vérité et de force pour que notre vie ne soit plus à nous-même mais à Dieu.

auteur: Père Hervé Andongui, CSSp, Missionnaire spiritain en Belgique, Unité Pastorale d’Anderlecht.

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS