facebook

Voix:  DE | FR | NL

5ème dimanche de Pâques

10.05.2020

Nous célébrons le 5ème dimanche de Pâques. La première lecture tirée des Actes des Apôtres, nous parle de la vie de la première communauté chrétienne et surtout de l’origine de certains ministères dans l’Eglise. La deuxième lecture tirée de la première lettre de saint Pierre évoque la dignité et la responsabilité de l’Eglise de Jésus Christ. Dans l’évangile de ce dimanche nous avons une parole forte de la part de Jésus : « personne ne va vers le Père sans passer par moi ». Il nous le dit clairement qu’il est le Chemin qui conduit vers le Père.

En effet, le service que les Apôtres proposent aux sept frères est une forme d’institution du diaconat. C’est à cette époque qu’est apparu le ministère des diacres (1Timothée 3, 8-13). Les sept choisis n’étaient pas des diacres mais étaient mis au service de Dieu comme des missionnaires. Cette lecture nous donne des critères relatifs au choix des chrétiens appelés à remplir les missions de responsabilité et d’engagement dans l’Eglise. En effet, il faut être estimé de tous, avoir une bonne réputation, des bonnes relations avec les autres, être rempli d’Esprit saint et rempli de sagesse.

Cela demande une réorganisation de la communauté en deux entités : ceux qui s’occupent de la prière et ceux qui assurent le service de partage des repas. Cette lecture nous rassure de la bonne marche de la vie de la première communauté. L’auteur précise que le nombre des disciples augmentait.

La deuxième lecture tirée de la première lettre de saint Pierre évoque la dignité et la responsabilité de l’Eglise de Jésus Christ. En effet, l’Apôtre Pierre affirme avec foi et vigueur que le Christ est la Pierre vivante que les hommes avaient rejetée comme insignifiante mais qui est devenue la Pierre précieuse dans l’édification du Royaume de Dieu. En effet, de part notre baptême, nous sommes des pierres vivantes dans la construction du royaume de Dieu et nous sommes liés au Christ qui est la fondation de l’édifice.

Grâce à l’Esprit saint, nous sommes des temples de Dieu, le sacerdoce saint. Il faut reconnaître que la lettre de Pierre donne aux chrétiens des titres de "peuple élu" que l’on retrouve dans l’Ancien Testament : « Race choisie, sacerdoce royal, nation sainte, peuple acquis par Dieu » (Exo 19, 5-6).

Dans l’évangile de ce dimanche nous avons une parole forte de la part de Jésus : « personne ne va vers le Père sans passer par moi ». En effet, ce texte de l’évangile se situe au début du discours d’adieu de notre Seigneur Jésus qui va du chapitre 14 à 17 (Jean). Un discours d’adieu qui se situe après le lavement des pieds de ses disciples en Jean 13. Notre compréhension de ce discours nous laisse dire que le Seigneur Jésus révèle comment nous sommes en communion avec lui et comment il nous attire à sa suite en vue de nous conduire vers le royaume de son Père. Il nous le dit clairement qu’il est le Chemin qui conduit vers le Père. La question de Thomas et Philippe peut être la nôtre aujourd’hui : demander à Jésus de nous montrer le chemin pour aller vers le Père. Dans la profondeur de nos cœurs, Jésus nous répond comme il l’a fait aux disciples : « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi ». Jésus nous dit qu’il est l’unique porte d’accès à la demeure du Père. Au terme de notre marche sur terre, Jésus nous ouvrira la porte de son Père. Chacun aura sa place dans la demeure véritable qui est le Corps ressuscité du Christ. En réalité, Jésus nous dit à chacun : « là où je vais, c’est à la fois la maison de mon Père et votre maison ». C’est pour dire que nous serons accueillis comme le fils prodigue (Cf. Luc 15, 11-32). Dans l’invitation que Jésus nous donne, d’aller vers le Père, par lui, avec lui et en lui, se manifeste son souhait le plus intime de l’amour qu’il porte pour chacun de nous.

In fine, le Christ a la mission de nous attirer vers son Père : « … Ce n’est pas par autre chose que l’on vient au Christ ; c’est par le Christ que l’on vient au Christ » (saint Augustin, traité sur l’évangile de Jean, trait 13, 4. Homélie sur l’évangile de saint Jean. I-XVI, BA 71 ; trad. M.F. Berrouard, 1993).

auteur: Père Hervé Andongui, CSSp, Missionnaire spiritain en Belgique, Paroisse Notre Dame de l’Assomption, Anderlecht/ Bruxelles

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS