facebook

Voix:  DE | FR | NL

Homélie du 3ème dimanche de Pâques

26.04.2020

Nous célébrons le 3ème dimanche de Pâques. En effet, dans la première lecture, Pierre fait un discours de la Pentecôte dont il se sert pour proclamer ouvertement le mystère pascal devant les habitants de la Judée et de Jérusalem. Dans la deuxième lecture, le message de Pierre est clair : Le Christ ressuscité donne à notre vie son vrai sens. C’est dans cette dynamique que nous méditons l’évangile de ce dimanche. Ici, le Christ ressuscité se manifeste à ses disciples sur la route du village Emmaüs. L'évangile souligne que c'est seulement à la fraction du pain que les yeux des disciples d'Emmaüs s'ouvrirent et ils reconnurent alors le Christ. Le Christ ressuscité nous rejoint aussi dans nos soucis, nos peurs du lendemain. Il nous parle comme un frère et nous fait entrer dans sa parole de vie.

Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l'ayant rompu, il le leur donna.

En effet, dans la première lecture, Pierre fait un discours de la Pentecôte dont il se sert pour proclamer ouvertement le mystère pascal devant les habitants de la Judée et de Jérusalem. Pierre leur rappelle les faits sur la mort dramatique de Jésus. Ainsi, saint Luc comme auteur des Actes des Apôtres, ne traîne pas sur le contenu du discours de Pierre car les faits étaient déjà connus par les habitants de la Judée et de Jérusalem. C’est dans ce sens qu’il consacre seulement un verset sous forme de synthèse sur la vie et l’œuvre de Jésus de Nazareth.

Saint Luc s’attarde un peu sur la crucifixion de Jésus : « Vous l’avez fait mourir » qu’il met dans la bouche de Pierre. Il est clair que le discours de Pierre fait entrevoir que la crucifixion de Jésus correspond au projet même de Dieu le Père. L’auteur des Actes des Apôtres fait une relecture de l’Ancien testament en rapport avec les souffrances du Juste en Isaïe 53. Le but de ce discours est de montrer que Dieu le Père a ressuscité Jésus conformément aux écritures et les Apôtres en sont les témoins privilégiés. Il fonde la vérité de la résurrection de Jésus sur cette relecture en s’appuyant sur le psaume 15(16) : « Mon âme exulte … ; tu ne peux m’abandonner à la mort, ni laisser ton ami voir la corruption ».

Dans la deuxième lecture, le message de Pierre est clair : Le Christ ressuscité donne à notre vie son vrai sens. En effet, Pierre nous invite tous à nous situer correctement comme chrétiens dans la vie. Il nous invite ainsi au témoignage concret par notre engagement baptismal. Il le dit clairement. C’est par le baptême que nous sommes devenus des fils et filles de Dieu et désormais nous pouvons appeler Dieu : « Notre Père ». Nous devons donc avoir la crainte de Dieu. Il nous invite à aimer Dieu et à aimer nos frères et sœurs à travers des gestes concrets. Pour lui, la foi nous donne une raison de vivre. En partant de la symbolique des Hébreux sauvés par le sang de l’agneau pascal (Exode 12, 13), Pierre nous révèle ainsi que le Christ, nouvel Agneau Pascal, nous sauvera par son sang.

C’est dans cette dynamique que nous méditons l’évangile de ce dimanche. La péricope d’aujourd’hui est très connue avec son thème sur les disciples d’Emmaüs. En réalité ce passage de l’évangile traite des apparitions de Jésus à ses disciples. Ici, il se manifeste à ses disciples sur la route du village Emmaüs. En effet, comme chrétiens, nous ressemblons aux disciples d’Emmaüs d’une manière ou d’une autre. Les disciples d’Emmaüs, après avoir vécu des années auprès de Jésus et qui avaient des projets par rapport à la royauté de Jésus se retrouvent traumatisés par la mort ignominieuse de leur maître et sont contraints de repartir au village pour refaire leur vie. Ils sont découragés et se questionnent par rapport à leur engagement auprès de Jésus. Nous aussi devant les épreuves ou les difficultés de la vie, nous nous posons des questions sur notre foi. Avec la mort de Jésus, les disciples d’Emmaüs ne voient plus d'autres issues sinon de retourner dans leur village. Préoccupés par leurs projets de vie qui tombent à l’eau à cause de la mort du Maître, ces derniers n’arrivent pas à reconnaître Jésus sur la route malgré ses enseignements. Nous aussi, il nous arrive parfois de ne pas reconnaître le Seigneur dans notre vie quotidienne à cause de nos soucis. L’évangile souligne que c’est seulement à la fraction du pain que les yeux des disciples d’Emmaüs s’ouvrirent et ils reconnurent alors le Christ. Le Christ ressuscité nous rejoint aussi dans nos soucis, nos peurs du lendemain. Il nous parle comme un frère et nous fait entrer dans sa parole de vie. A l’instar des disciples d’Emmaüs, que nos cœurs deviennent tout brûlants en écoutant le Christ ressuscité. Tout comme eux après leur rencontre avec le Ressuscité, nous pouvons désormais nous aussi annoncer aux hommes et aux femmes, notre expérience avec Christ vivant. Que L’Esprit saint nous accompagne au quotidien et nous aide dans notre marche vers la Jérusalem céleste.

auteur: Père Hervé Andongui, CSSp, Missionnaire spiritain en Belgique Paroisse Notre Dame de l’assomption à Anderlecht/ Bruxelles

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS