facebook

Voix:  DE | FR | NL

3ème Dimanche de Careme

14.03.2020

Nous célébrons en ce jour le troisième dimanche de carême dans une situation de crise de la pandémie du virus COVID-19 qui secoue notre monde. L’Eglise, Corps du Christ nous propose des textes ô combien riches pour notre méditation. Aujourd’hui notre prière et notre pensée sont orientées vers toutes les personnes contaminées par le covid-19 à travers le monde. Nous implorons le Seigneur Jésus, Lui qui est la source d’eau vive, afin qu’il nous sauve de cette pandémie et des autres maux qui secouent notre humanité et menacent notre espèce.

Notre Dame de l’Assomption  Anderlecht/ Bruxelles

Aujourd'hui dans beacoup d'églises les messes sont supprimées pour éviter la contamination du covid-19. Mais ces églises restent ouvertes pour des prières individuelles qui permettent aux fidèles de méditer et de dialoguer avec le Seigneur dans le silence absolu.

En effet, la première lecture tirée du livre de l’exode vient peut-être d’une tradition étiologique, c’est-à-dire une légende expliquant pourquoi tel lieu porte tel nom. Nous retrouvons aussi de tels récits dans nos cultures. Ici, c’est le fait qu’au sud du massif du Sinaï, à Réphidim (en hébreu « lieu de repos, de réconfort »), devait exister une source appelée Massa (« révolte » ?) ou ( Mériba « querelle » ? ). L’auteur du livre de l’exode part de cette légende pour nous délivrer une leçon de foi qui est d’actualité.

Dieu nous libère de l’esclavage du péché et fait de nous des hommes et des femmes libres. Comme chrétiens nous savons que la libération spirituelle est un chemin qui nous invite au renoncement, à toutes sortes de privation et surtout au courage. Le temps du carême que nous vivions entre la prière et la crainte de la contamination du coronavirus devient pour chacun de nous un temps fort pour renouveler notre engagement et notre détermination à la suite du Christ.

Devant l'ampleur des contaminations de ce virus, beaucoup de chrétiens se demandent : « le Seigneur est-il vraiment agissant ?». Que la peur et la crainte de la contamination du covid-19 ne nous détourne en rien de l'amour insondable de Dieu. Dans sa miséricorde inépuisable le Seigneur agit discrètement dans nos vies et dans notre monde pour nous apporter la guérison et la vie. Car Dieu nous fait le don de son amour qui est répandu dans nos cœurs comme saint Paul Apôtre nous le rappelle dans la deuxième lecture.

L’évangile de ce dimanche nous rapporte la rencontre de Jésus et de la samaritaine : « Si tu savais le don de Dieu ». Cet évangile nous invite aussi à s’asseoir au bord du puits de jacob avec le Seigneur Jésus. Voila une occasion de rencontrer le Seigneur. Le puits de jacob peut-être aujourd’hui toutes ces églises désertes où les messes sont supprimées pour éviter la contamination du covid-19. Mais ces églises restent ouvertes pour des prières individuelles qui permettent aux fidèles de méditer et de dialoguer avec le Seigneur dans le silence absolu. Le puits de jacob peut-être aussi nos petits autels dans nos maisons qui sont des lieux de rencontre avec le Seigneur. La rencontre du Seigneur nous permet de lui demander de l’eau vive qui peut être pour nous aujourd’hui la guérison de toutes les personnes contaminées à travers le monde et aussi de demander au Seigneur d’aider les chercheurs et les médecins, le personnel soignant afin de soigner les malades et surtout de trouver un vaccin ou un traitement contre cette pandémie.

En effet, Jésus aide cette femme pour qu’elle puisse prendre conscience de la vraie soif qui est celle de la Parole de Dieu qui nous soulage de nos maux. Il faut reconnaitre que depuis la création du monde, nous avons reçu au fond de nos cœurs cette soif de Dieu. En regardant de près notre vie au quotidien nous nous rendons compte que nous avons en nous une soif plus profonde qui est notre désir de Dieu. Pour nous en apercevoir il faut qu’un jour nous soyons rencontrés par notre Seigneur Jésus comme cette samaritaine au beau milieu de nos soifs. Le Seigneur Jésus attend le bon moment pour nous faire découvrir comme disait Jérémie que nous avons abandonné la vraie source d’eau vivre qui est la Parole de Dieu. Chers frères et sœurs en Christ, sachons donner toute notre confiance à Celui qui est toujours prêt à abreuver notre soif spirituelle.

auteur: Père Hervé Andongui, missionnaire spiritain en Belgique, Paroisse Notre Dame de l’Assomption Anderlecht/ Bruxelles

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS