facebook

Voix:  DE | FR | NL

15ème dimanche Année « A »

11.07.2020

Is 55, 10-11 ; Ps 64 ; Rm 8, 18-23 ; Mt 13, 1-23

Nous célébrons le 15ème dimanche de l’année liturgique « A ». En effet, la première lecture nous parle de la grâce de la Parole de Dieu qui est comparable à la pluie et la neige qui descendent des cieux pour arroser la terre. Elles n’y retournent pas sans avoir accompli leur mission, celle de féconder la terre et de faire germer la semence. Dans l’évangile, Jésus à travers cette belle parabole nous dit que la Parole de Dieu est reçue de différentes manières par chacun de nous selon les dispositions de son cœur et de sa foi.

Père Hervé Andongui, CSSp Unité Pastorale d’Anderlecht

Père Hervé Andongui, CSSp Unité Pastorale d'Anderlecht

En effet, la première lecture nous parle de la grâce de la Parole de Dieu qui est comparable à la pluie et la neige qui descendent des cieux pour arroser la terre. Elles n’y retournent pas sans avoir accompli leur mission, celle de féconder la terre et de faire germer la semence. Cette pluie qui, en réalité correspond à la grâce de la Parole de Dieu, vient nous transformer de l’intérieur et nous rendre docile à la Parole à Dieu. Cette grâce fait de nous des hommes et des femmes nouveaux dans ce monde à travers notre témoignage de vie. Aussi, elle fait de nous des hommes nouveaux dans le Christ. Cette image dont nous parle Isaïe dans la première lecture rejoint les paroles de Jésus dans l’évangile de ce dimanche qui nous parle du semeur, de la semence, du terrain et le rendement ou le fruit.

Dans l’évangile, Jésus à travers cette belle parabole nous dit que la Parole de Dieu est reçue de différentes manières par chacun de nous selon les dispositions de son cœur et de sa foi. En effet, chez certaines personnes la grâce de la Parole de Dieu rencontre des obstacles à cause des hésitations, des préoccupations de ce monde ou du manque de disponibilité aux choses de Dieu. Ainsi, ces obstacles empêchent la grâce de la parole de Dieu de féconder nos cœurs en vue de produire des fruits en nous. Jésus reconnaît que ce n’est pas chez tous que l'on trouve les bonnes terres qui favorisent la graine porteuse de semence et de fruits. Ici, on peut comparer les bonnes terres aux personnes qui se font petites devant le Seigneur, à celles qui se laissent guider par Dieu. On pourra dire que les humbles constituent la bonne terre. Ils sont favorables à la Parole de Dieu et produisent des fruits qui se manifestent dans leur vie quotidienne.

Nous devons reconnaître que cet évangile est un message d’espérance que le Seigneur adresse à l’Eglise, donc à chacun de nous. A travers cette belle parabole, Jésus veut nous faire prendre conscience que, même si la Parole de Dieu rencontre des obstacles chez certaines personnes, ce qui compte c’est la finalité de cette Parole de Dieu. Elle vient produire les fruits dans notre vie et dans notre monde. La colonne pointe de cette parabole est sans doute la graine qui germe et donne beaucoup de fruits. Donc malgré nos manquements et nos faiblesses, la semence du Royaume de Dieu donnera ses fruits en nous et pour notre humanité. Cela suppose que nous devons sarcler notre cœur comme le font les agriculteurs pour leurs champs et être armés de patience avant de recevoir les fruits en nous. C’est dans ce même sens que l’Apôtre saint Paul nous rappelle la nécessité d’attendre avec patience le temps nécessaire pour que la semence pousse. Cela suppose qu’il faut être actifs en travaillant notre cœur. Un tel exercice suppose les larmes et les douleurs tout comme l’enfantement. A la naissance, celles-ci sont vite oubliées au profit de la joie car un enfant est né et la famille s'agrandit.

Implorons le Seigneur afin qu’il nous donne la force de travailler notre cœur pour pouvoir accueillir sa parole et produire de bons fruits dans notre vie.

auteur: Père Hervé Andongui, CSSp Unité Pastorale d’Anderlecht

 
 

Chercher

powered by webEdition CMS