facebook

Voix:  DE | FR | NL

Quand les confrères partagent leurs joies et leurs difficultés

13.04.2018

Les jeunes confrères travaillant en Allemagne, la plupart d'origine africaine, sont de plus en plus conscients qu'ils doivent assumer les responsabilités de prendre en main l'avenir des Spiritains en Allemagne.

Les confrères parlent de leur succès et difficultés.

Les confrères parlent de leurs succès et difficultés.

"L'homme laissé seul à lui-même ne peut pas faire beaucoup. Il est comme un « Robinson abandonné ». Mais en lien communautaire avec d’autres, il peut faire beaucoup". Selon ce dicton d'Arthur Schopenhauer, les jeunes Spiritains vivant et travaillant en Allemagne se rencontrent deux fois par an. Ils en profitent pour parler de leurs expériences et pour s'encourager les uns les autres. Ils échangent également sur les perspectives et les nouvelles possibilités.

Cette année, 10 confrères ont participé à la rencontre du 9 au 12 avril, à Broich. Les participants viennent du Congo, du Kenya, du Nigeria et de l'Allemagne. C'est la 25ème fois qu'une telle réunion a lieu. Une partie importante de la réunion a été consacrée à l'échange et au partage d'expériences.

Pères Innocent, Konrad et Emeka

De gauche à droite: P. Innocent Izunwanne (Supérieur de la region d'Allemagne), P. Konrad Breidenbach (Vicaire) et P. Emeka Nzeadibe (Provinical de la Province Europe).

Certains travaillent dans la pastorale paroissiale classique ou assument des responsabilités de leadership dans la région d'Allemagne ou dans la province Europe. D'autres sont engagés dans les projets des spiritains en Allemagne : pastorale à la Basilique de Knechtsteden, rédaction du magazine missionnaire « Kontinente », pastorale des jeunes et vocationnelle, commission Justice et Paix, animation des communautés linguistiques.

Le Père Konrad Breidenbach, accompagnateur du groupe pendant plusieurs années, explique le but de cette rencontre. Essentiellement, souligne-t-il, je trouve qu’il est utile de parler de notre pastorale, de partager les succès et les difficultés et d'y réfléchir. Pour les jeunes confrères, dans les premières années de leur travail pastoral, de plus dans une autre culture, cet échange, cette réflexion les uns avec les autres, est absolument nécessaire. Elle témoigne ainsi de l’intérêt que les uns portent aux autres et donne à chacun du courage et de la force d’avancer sur son chemin.

Les confrères puisent dans la prière commune de la force pour leur travail.

Les confrères puisent dans la prière commune de la force pour leur travail.

Ces réunions ont eu lieu depuis 2005 et se sont bien développées. Elles sont devenues plus personnelles à mesure que le temps passait. Les jeunes confrères, surtout africains, sont de plus en plus conscients qu'ils doivent et veulent prendre des responsabilités et prendre en main l'avenir de la région Allemagne, note encore le P. Breidenbach.

Les jeunes confrères sont reconnaissants de pouvoir participer à la mission de la Congrégation en Allemagne. De cette façon, ils insufflent une nouvelle vie à leurs communautés religieuses et enrichissent l'Église en Allemagne.

vlnr: Patres Philip, Camille und Barnabas (Leiter des Treffens)

De gauche à droite: P. Philip Ojibo, P. Camille Tshivuila et P.Barnabas Nyakundi.

auteur: Samuel Mgbecheta, CSSp

 
 

Chercher